Préambule

René CAPO à été coordinateur du comité de vigilance de Biscarrosse depuis sa création en 2001 jusqu'en 2014 ainsi que du collectif Aquitain contre les rejets en mer (2005-2006).

Il est également l'un des membres fondateurs de l'Association pour la Défense, la Recherche et les Études Marines de la Côte d'Aquitaine (ADREMCA) en 1979.


Si vous désirez recevoir les articles de presse associés aux différents topics de ce blog, vous pouvez les demander aux courriels suivants : rcapo@orange.fr et eric.capo@hotmail.fr

Pour vos recherches, nous vous conseillons l'utilisation de l'onglet "Recherchez"

samedi 7 mai 2022

 

Pesticides : une vaste étude démontre leurs effets nocifs sur la biodiversité

Un agriculteur s’apprête à pulvériser des pesticides sur une parcelle cultivée en Charente-Maritime, entre Saint-Jean-d’Angély et Matha. © Crédit photo : XAVIER LEOTY / “SUD OUEST”

 

Par Jean-Denis Renard - jd.renard@sudouest.fr
Publié le 05/05/2022

Une vaste expertise scientifique conduite sous l’autorité de l’Inrae et de l’Ifremer conclut à des impacts avérés des produits phytopharmaceutiques sur la biodiversité. Ses résultats ont été présentés ce 5 mai

Un exercice d’une telle ampleur n’avait pas été mené en France depuis le mitan des années 2000. Pendant deux ans, 46 experts ont passé en revue la littérature scientifique sur les impacts des produits phytopharmaceutiques - ils font partie de la famille plus vaste des pesticides - sur le vivant, en métropole et dans les Outre-mer. On ne pourra guère brocarder leurs conclusions au motif qu’elles seraient militantes. Ce sont deux organismes de la recherche publique qui ont été sollicités par l’État, l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) et l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement). Ils sont peu suspects de verser dans le dénigrement du modèle agricole.

Pour lire la suite de l’article :

https://www.sudouest.fr/environnement/pesticides/pesticides-une-vaste-etude-demontre-leurs-effets-nocifs-sur-la-biodiversite-10826908.php#:~:text=Ils%20affaiblissent%20nombre%20d'esp%C3%A8ces,plus%20%C3%A0%20retrouver%20la%20ruche

**********************

Pour plus d’informations :

-        Le Comité de Vigilance de Biscarrosse,  l'Office du Tourisme & la Ville de Biscarrosse avaient organisé le 28 juin 2014 la première Conférence-Débats, grand public sur les micropolluants :

 

« L'impact des micropolluants sur la santé humaine et les enjeux pour l'épuration ? »

Avec la participation :

D’Hélène BUDZINSKI Université de Bordeaux 1

Jean Pierre REBILLARD Agence de l’eau Adour Garonne

Géromine ALBERTINI & Jean Michel GRENAINGAIRE Société Degrémont  Suez Environnement

 

Reportage sur la conférence-débats avec vidéo :

http://renecapo.blogspot.com/search?q=25+novembre+2014+%3A+Reportage+de+la+conf%C3%A9rence-d%C3%A9bats+du+28+juin+2014

 *******

 -        Toujours sur les micropolluants, un article du Sud Ouest de Sabine Menet du 04 12 2014 :

« Le plus grand fléau, ce sont les micropolluants »

          https ://www.sudouest.fr/environnement/peche/le-plus-grand-fleau-ce-sont-les-micropolluants-8440206.php

 

-        Repris par « Maison de la Nature et de l’Environnement de Pau » :

         https ://mne-pau.org/spip.php?article409

     

mercredi 20 avril 2022

 

De la part du Professeur Dominique Belpomme, cancérologue et président de l’ARTAC.

La ville de  Biscarrosse, l’Association des propriétaires de Biscarrosse-plage et Lac, l’Office du Tourisme et Le Comité de Vigilance de Biscarrosse  l’avaient invité à intervenir à la Conférence-débat du 15 avril 2007 au cinéma « Atlantic » de Biscarrosse-plage sur :

« Les substances chimiques – Quelles incidences sur notre santé ? »
http://renecapo.blogspot.com/search?q=%C2%AB+Ces+substances+chimiques+qui+nous+entourent+et+menacent+notre+sant%C3%A9+%C2%BB+15+avril+2007%2C+Cin%C3%A9ma+Atlantic%2C+Biscarrosse+plage

 Vous trouverez sur le site un CR de Claude MULLER membre du Comité de Vigilance de Biscarrosse

********

 Chers adhérents, chers donateurs,

Vous trouverez ci-joint notre 101ème bulletin d’information avec la reprise de nos activités.
La pandémie semble enfin derrière nous mais la situation économique et sociale est toujours de

plus en plus difficile. De plus notre combat, bien qu'essentiel si l'on veut gagner la guerre contre la
cancer, devient de plus en plus difficile car les pressions lobbyistes sont de plus en plus
oppressantes et même si nous avons raison, il est toujours difficile d'avoir raison en premier
comme ce fut le cas par exemple avec la Chlordécone aux Antilles car la polémique lancée à notre
encontre fut difficile à combattre et reste ancrée dans la mémoire de certaines personnes.

N’oubliez pas que l’ARTAC est la seule association de lutte contre le cancer incriminant la pollution
environnementale comme étant à l’origine de nombreux cancers et donc prônant la prévention
environnementale.

Merci donc de nous aider à poursuivre sans relâche notre tâche pour le bien de tous.

En renouvelant votre cotisation, en nous aidant à la mesure de vos moyens et en léguant à
l’ARTAC, vous participez à préserver notre indépendance scientifique et à assurer notre avenir.

Bien fidèlement à vous,

 Pr. Dominique BELPOMME

Président de l’ARTAC

www.artac.info

Pour nous aider à poursuivre nos travaux sur les liens entre cancer et environnement, vous pouvez adhérer ou faire un don à l’ARTAC. Consultez notre site internet sur www.artac.info.

 Pour se désinscrire de la Newsletter Appel de Paris, il suffit de répondre à cet email en indiquant dans le sujet "se désinscrire".

jeudi 31 mars 2022

Pyrénées : 

   comment les scientifiques ont trouvé 141 molécules toxiques dans les lacs d’altitude.

Par Thibault Seurin - t.seurin@sudouest.fr

Publié le 28/03/2022

Les chercheurs Dirk Schmeller et Adeline Loyau ont utilisé une technique pionnière dans les lacs pyrénéens. Ils pointent la présence de molécules présentes dans des antiparasites et des insecticides

                
Les scientifiques ont utilisé un « échantillonneur passif », simulant un organisme vivant, afin de récolter les molécules. © Crédit photo : Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement de Toulouse

Nichés en hauteur, les lacs de montagne semblent imperturbables. Ils sont pourtant loin d’être des sanctuaires épargnés par les effets délétères de l’activité humaine. Deux chercheurs toulousains ont publié en mars une étude qui révèle une pollution chimique dans huit lacs pyrénéens. Parmi eux, celui d’Ansabère en Béarn.

 Pour lire la suite :

https://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/bearn/pyrenees-comment-les-scientifiques-ont-trouve-141-molecules-toxiques-dans-les-lacs-d-altitude-10333204.php?fbclid=IwAR2Pq7-38422mgUkD1s61yMiTh5DuOz9wWlq0dddxwzLCRuAywOA7pLNrU0

mardi 15 février 2022

          Agenda des conférences de la Société Scientifique d’Arcachon pour 2022

( Médiathèque du MA.AT à coté de la gare d’Arcachon )

https://www.ville-arcachon.fr/maat-2/

 

Vendredi 18 février. 18h-20h.

Conférenciers :

Charlotte Lefebvre et Edgar Dusacre. Doctorants (Université de Bordeaux).

Titre.

« Caractérisation, dégradation et impact des micro-plastiques en milieu marin et sur le littoral aquitain »

 

Vendredi 11 mars. 18h-20h.

Conférencier :

Dr. Bruno Malaizé. Maître de conférences, (Université de Bordeaux).

Titre.

« Le rôle du climat dans la transformation d'anciennes civilisations : des Mayas à l'Ile de Pâques. »

 

Vendredi 13 mai. 18h-20h.

Conférencier :

Cécile Massé. Chargé de mission à l’Office Français de la Biodiversité (OFB).

Titre.

« Les espèces marines introduites dans le Bassin d’Arcachon. »

 

Vendredi 8 juillet. 18h-20h.

Conférencier :

François Thierry. Archéologue (université Michel Montaigne).

Titre.

« Les boiates dans l’antiquité romaine »

 

Vendredi 7 octobre. 18h-20h.

Conférencier :

Dr. Isabelle Auby. Institut Français pour l’Exploitation de la Mer (IFREMER Arcachon).

Titre.

« Le Bassin d’Arcachon, un espace surveillé de près. »

 

Vendredi 25 novembre. 18h-20h.

Conférencier :

Nicolas Lavesque. Ingénieur de recherche (CNRS, université de Bordeaux).

Titre.

« Les vers marins, entre propriétés étonnantes et découvertes de nouvelles espèces »

De la part de Jean-Marie Froidefond

https://www.francebleu.fr/infos/societe/arcachon-un-appel-au-mecenat-pour-sauver-le-musee-aquarium-1605541225

vendredi 4 février 2022

 

Dans quel monde vivons nous ?

************

Des milliers de poissons pêchés par erreur rejetés dans le golfe de Gascogne

Publié le 03/02/2022 à 18h02 • Mis à jour le 04/02/2022 à 10h02

Écrit par Sophie Goux

                  

·        La Rochelle

·        Charente-Maritime

·        Nouvelle-Aquitaine

L'organisation internationale Sea Shepherd dénonce le rejet à la mer des milliers de poissons morts au large du Golfe de Gascogne. Quatre navires usines sont sur la zone, l'organisation les soupçonne de cet acte théoriquement interdit.

Un véritable banc de poissons morts. L'image est saisissante. C'est l'organisation Sea Shepherd qui a posté les photos sur les réseaux sociaux. Les faits se sont produits à environ 300 kilomètres au large de La Rochelle, dans le golfe de Gascogne ces derniers jours.

Près de 100.000 merlans bleus retrouvés morts au large du golfe de Gascogne. • © Sea Shepherd

Pour lire la suite de l’article :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/des-milliers-de-poissons-peches-par-erreur-relaches-dans-le-golfe-de-gascogne-2447286.html

dimanche 30 janvier 2022

 

Portrait // Gisèle et Robert Mora : une vie d’ostréiculture.

Robert et Gisèle Mora sont ostréiculteurs de métier. Ils nous racontent l’opération  « Résur », suite à laquelle des huîtres japonaises importées du Canada ont débarqué sur le Bassin.

 TVBA TV Bassin d'Arcachon    

https://www.youtube.com/watch?v=TpIuGu9ZAuM&t=366s

*************

En retrouve Gisèle MORA en jaune avec à sa droite le docteur Pierre JUNCA, ancien maire de Biscarrosse et tout à gauche Bernard PELTIER, en bleu,  vice président du Comité de Vigilance de Biscarrosse à l'époque en tête de la manifestation du 30 avril 2005 pour s’opposer aux rejets en Mer des 300.000 m3 de vases portuaires polluées du port d’Arcachon.

Départ du port d’Arcachon pour se rendre à la Mairie pour rencontrer Yves FOULON, maire d’Arcachon

Arcachon le 30 avril 2005

 Reportage : http://renecapo.blogspot.com/search?q=manifestation+du+30+avril+2005+au+port+d%27Arcachon+


dimanche 16 janvier 2022

 

Aux membres du Comité de Vigilance environnement de Biscarrosse.

 Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance du message que j’adresse depuis Biscarrosse à Greta Thunberg au titre de son engagement pour la planète.

Cette lettre ouverte tient à lui signifier à la suite de la COP 26 et au seuil de 2022, ma profonde considération et mes encouragements.

Mon message s’adresse à toutes les générations en attente de mesures politiques face à l’urgence environnementale.

 Cette lettre se veut transmission: témoin oculaire d’une évolution alarmante, à 70 ans, mon témoignage est susceptible de s’interrompre au même titre que celui de toute personne de cet âge.

Transmission de connaissances scientifiques acquises pour conforter la cohérence de mon engagement sur près de 40 années, à vos côtés, à la suite de René Capo, en contribution au fonctionnement du Comité de Vigilance Environnement de Biscarrosse.

De nombreux de chercheurs et intervenants scientifiques ont participé aux conférences que nous organisions chaque années sur les enjeux environnementaux du Pays de Born.

Ceux liés à l’Océan déterminèrent mon engagement.

L’occasion m’est donnée de remercier Bernard Mermod, journaliste franco-suisse et Gérard Monnier Besombes, docteur en biologie méditerranéenne. Ils m’accompagnèrent dans la compréhension de la problématique des tensioactifs et des détergents développée dès les années 70... et de la notion d’homéostasie. 

 

Au seuil de la nouvelle année, je vous adresse mon souhait d’une reprise des activités associatives stoppées par l’actuelle pandémie.

Que puissent reprendre les échanges indispensables à la compréhension de la complexité du monde, ils présidaient au fonctionnement du Comité de Vigilance Environnement de Biscarrosse.

Amitié et santé à vous tous.

VIGNEAUX  Jean Marc  Coordinateur du Comité de Vigilance Environnement de Biscarrosse.                          

Jm.vigneaux@orange.fr

                                   LETTRE OUVERTE DE JEAN MARC A GRETA

Lettre ouverte de Jean Marc à Greta, Biscarrosse le 14/01/2022 Chère Greta, Je ne t’apprendrais rien en te disant que les périodes de glaciations et de réchauffements climatiques jalonnent l’histoire de la terre, que la communauté scientifique (biologistes, chimistes, physiciens, géophysiciens, glaciologues) qualifie la période actuelle d’anthropocène, caractérisée par des changements globaux et systémiques induits par la civilisation industrielle. Que dès l’apparition du vivant d’énormes quantités de carbone se sont stratifiées dans les océans sous forme de calcaire. Puis pendant plus de 300 millions d’années fosses océaniques et continents ont accumulé le carbone de la photosynthèse, sous la forme de pétrole, de méthane et de charbon. Par la même occasion plancton et végétaux produisaient l’O2 favorable au développement de la vie aérobie. Ces « puits de carbone » rendaient l’atmosphère respirable en accumulant les réserves en énergies fossiles aujourd’hui consommées par des machines et technologies toujours plus voraces. Que l’utilisation inconséquente du pétrole et du charbon soit indubitablement la cause du réchauffement climatique, saches qu’en focalisant notre attention sur cette conséquence, nous regardons le doigt qui désigne la Lune et confondons cause et effets. Les aspects purement énergétiques de la physique du bigbang permirent l’émergence des particules de la matière. Matière et énergie produiront dans le chaudron des étoiles la chimie des éléments. La chimie fit émerger les propriétés acidobasiques de la matière. Ces propriétés acidobasiques donneront dans les conditions très particulières à la Terre, le miracle de la vie. Energie et physique, énergie et chimie, chimie et acidité sont les processus du vivant. Processus de l’entropie dans son assertion thermodynamique, nous signifiant que tout est en lien. Chère Greta saches que l’effet le plus dévastateur de nos inconséquences concerne le bouleversement des équilibres du vivant, au sens biologique d’homéostasie, en échos aux processus de son émergence : la capacité pour un organisme vivant supérieur à maintenir les constantes indispensables à sa vie : (1) son taux d’O2, (2) sa température, (3) son acidité ou PH, (4) ses apports énergétiques, (5) le « traitement » de ses déchets. Une meilleure compréhension de cette notion peut nous éclairer sur les enjeux de la vie terrestre en miroir à nos propres fragilités. Démographie et usages du monde contemporain bousculent les équilibres nécessaires au maintien des conditions de la vie sur Terre, moins ceux de la vie elle-même que ceux hypothéquant la certitude de faire société aux conditions de notre «confort » actuel. 1- Equilibres O2/CO2 : Comme déjà évoqués, les processus de photosynthèse chlorophyllienne des océans et des forêts interviennent quasiment à part égales, ils sont à proprement parler les poumons de la Terre. CO2 et méthane anthropiques modifient les échanges thermiques entre atmosphère, terres et océans et par effets systémiques, ils provoquent une élévation de la température. La régulation de l’effet de serre est un facteur primordial de l’homéostasie planétaire. 2- Equilibres thermiques terre/rayonnement solaire: la régulation de l’effet de serre est par ailleurs l’objet d’échanges thermiques colossaux entre grands cycles de l’eau des systèmes météorologiques des 2 hémisphères et les courants transocéaniques. Ces échanges sur le court, moyen et long terme ont pour effets de répartir la chaleur du rayonnement solaire à une température moyenne de la planète stabilisée autour de 15 °C. Les changements anthropiques affectent l’énorme machinerie thermique Terre/mer/rayonnement solaire. L’étendue des terres habitables se restreint, le nombre des réfugiés climatiques ne cesse d’augmenter. 3- L’Equilibre acidobasique des océans, déterminant majeur des constantes biologiques de l’homéostatiques terrestres : CO2, température, PH et processus du vivant agissent en synergies pour la stabilité des échanges gazeux atmosphère/océans. L’augmentation du CO2 atmosphérique bouleverse ces régulations. L’augmentation des teneurs en CO2 dissout produit une acidification des océans. 3-1 La modification des constantes d’O2, de température et surtout d’acidité perturbent tout particulièrement les processus de calcification du plancton, des coraux et des coquillages. Ces processus fixent d’énormes quantités de CO2 sous la forme de sédiments, de barrières coralliennes. Puits de carbone déjà évoqués, ils contribuent de façon majeure aux équilibres acidobasiques indispensables à la biologie marine. 3-2 Par effets en cascade sur ces grands systèmes de régulation en synergies ( thermiques, chimiques et biologiques), les processus de la photosynthèse des algues et du phytoplancton, ressources alimentaires indispensables aux besoins des espèces marines dysfonctionne à leur tours. 3-3 Facteur aggravant, la pollution quasi généralisée des zones estuariennes essentielles aux reproductions halieutiques s’étend. Dans ces zones hypoxiques, le déficit en O2 perturbe les synergies plancton/zooplancton /espèces halieutiques. Avec pour conséquences les enjeux relatifs à l’alimentation humaine et l’économie de la pêche. 4- énergies à notre disposition : 4-1 A noter que le relatif vide sidéral nous gratifie de l’énergie cinétique d’astéroïdes déterminante, car à l’origine d’un noyau ferreux au sein de couches magmatiques polarisées dont la rotation, outre de très esthétiques aurores boréales, nous permet de bénéficier d’une magnétosphère en protection aux tempêtes solaires à très hautes énergies. Spécificité dont Mars pas plus que les astronautes qui envisagent de s’y rendre ne pourront bénéficier, raison probable de la quasi-disparition des eaux de Mars, de son atmosphère et des conditions pouvant y être favorables à la vie... Les astéroïdes sont à l’origine des apports de matières et de gaz constitutifs de la Terre comme des autres planètes du système solaire, de l’apport probable des chaines aminées de la vie et l’extinction de celle des dinosaures. 4-2 Pour revenir aux énergies utilisables, force est de constater qu’elles proviennent de l’énergie solaire. Leur production ne nous aura jamais rien couté, hormis les coûts environnementaux, de santé et d’extraction. Leur bilan énergétique n’aura jamais d’équivalent dans les énergies renouvelables. Notre monde fini verra à court terme se réduire la découverte de gisements nouveaux pour les matières premières déjà en tension. Evitons de les gaspiller, le pic de production des énergies conventionnelles semble d’ores et déjà atteint. 4-3 En tout état de cause les énergies dé-carbonées feront nécessairement appel à des équipements et des matières premières carbonées avant même de pouvoir en produire de renouvelables. Nous devrons donc nous accommoder : - des énergies fossiles qu’il nous faudra économiser. - de l’utilisation directe de la biomasse (elle-même carbonée) utilisée avant même le charbon, elle demeure encore et pour beaucoup le seul moyen de cuisson des aliments, loin des biocarburants et de la méthanisation. -du solaire et de l’éolien nécessairement couplés aux énergies carbonées. - De l’hydrogène comme l’électricité difficilement transportable sur de longues distances, contrepartie d’importance. - De l’énergie hydroélectrique exploitant déjà la majeure partie des sites favorables avec des conséquences environnementales et géopolitiques considérables dans les pays en stress hydrique. - De la radioactivité résiduelle du magma et de la croûte terrestre contribuant à la tectonique des plaques, lieux d’une géothermie insuffisamment mise en œuvre… Rien ne sera simple. 5- Enfin concernant nos déchets, là où chaque déchet constitue dans la nature une potentielle niche écologique, les nôtres impactent l’environnement et la santé par leur quantité et trop souvent leur impossibilité à se recycler. 5-1 Les composés benzéniques plastiques et tensioactifs liés à la chimie du pétrole, omniprésents et non biodégradables portent atteinte irréversiblement à l’ensemble de la biodiversité. 5-2 L’inefficacité de la plupart des traitements de nos eaux usées et les écoulements pluviaux propagent par l’intermédiaire des grands cycles de l’eau nos effluents et pollutions chimiques des bassins versants vers les océans et l’atmosphère : pollutions en effets cocktails aux autres facteurs du dérèglement de la biologie du vivant. Chère Greta si le réchauffement climatique nous cause soucis, les exigences homéostatiques de la biodiversité nous concernent au plus haut point, il y va de la Vie dont la nôtre. D’autres peuples par leur intelligence collective ont pu vivre en harmonie avec la Nature: un magnifique projet pour l’humanité contemporaine. Bien plus cohérant que celui d’une vaine fuite vers Mars de quelques richissimes illuminés. Chère Greta, tes colères adolescentes sont clairvoyantes et nécessaires, saches les conserver. Vigneaux Jean Marc, SEPANSO 40